AREQ Logo Edupax
Titre

UQTR - 4 mars 2015

Invitation

Le Département de Lettres et communication sociale de l'UQTR,
Edupax et l'AREQ-04 vous invitent à Trois-Rivières
le mercredi 4 mars 2015, de 9h45 à 16h30

--- UQTR, Pavillon Albert-Tessier, salle Ludger-Duvernay ---

3351 Boul Des Forges, Trois-Rivières, Quebec G9A 5H7

pour participer au colloque

LES ÉCRANS: LIBÉRATION OU ESCLAVAGE ?

Une vingtaine de conférenciers viendront réfléchir et échanger avec vous sur les coûts méconnus  de la hausse du temps-écrans chez les enfants, les ados et les adultes, sans oublier les vertus de la reconnexion avec la réalité.

LES FAITS
La hausse du temps-écrans bouscule à la fois la vie des familles, l'autorité parentale, la santé émotionnelle des jeunes, leur capacité d'attention, leur accès aux connaissances, leur comportement et le climat scolaire, les notes et le décrochage, leur estime de soi et leurs relations de couple.
Ce ne sont pas là des opinions alarmistes mais des constats scientifiques confirmés par des milliers d'études.

Sédentarité, obsession de l'apparence, violence et désensibilisation, diffamation sur Facebook, pornographie, addiction à l'Internet, sollicitation publicitaire, maîtrise insuffisante de la langue écrite, ....
L'heure serait-elle venue de regarder ensemble la facture qui nous attend ?


Après avoir passé plus de 40 heures/semaine devant divers écrans (télé, films, jeux vidéo, réseaux sociaux, tablette) un enfant nord-américain a été témoin de 100 000 agressions et 8000 meurtres avant son 13e anniversaire.
Quelques exemples documentés
- Des chercheuses de l'Indiana ont passé à la loupe les 50 émissions préférées de 2 à 11 ans. Elles véhiculent beaucoup d'agressions ''sociales'' qui font rigoler les spectateurs. On en a comptabilisé 14 à l'heure, donc une aux 4 minutes. Après avoir encaissé un tel bombardement, le jeune cerveau devient désensibilisé,  l'empathie naturelle de l'enfant fond littéralement, et on sourit quand un élève de notre école reprend ce type d'agressions.
- Pornographie? Elle serait devenue la principale école de sexologie des jeunes selon Richard Poulin, chercheur retraité du Département de sociologie et d'anthropologie, Université d'Ottawa.
- La déconnexion de la réalité coûte de plus en plus cher aux personnes et à la collectivité.
- Nomophobie (no mobile phobia) : nouvelle névrose qui affecte des ados rendus anxieux à la simple idée de dormir sans ipod ou sans tablette.
- Des cliniques et des camps de désintoxication numérique ouvrent leurs portes aux États-Unis, au Canada, au Japon, en Chine, en Corée du Sud.....
- Comment les adultes vont-ils venir à la rescousse de la jeunesse?
- Faudra-t-il se contenter de ramasser les pots cassés?
- Quel prix les jeunes et leur famille vont-ils payer pour la surexposition aux écrans?
- De quels moyens les adultes disposent-ils pour prévenir?
- Où est passée la responsabilité et l'autorité parentale?
- Quel rôle pour les établissements éducatifs ?
- Quel rôle délicat pour les grands-parents ?

Des experts viendront témoigner du pouvoir addictif des écrans, des dommages à l'intelligence des jeunes, à leur santé, à celle des personnes et des familles, et surtout, surtout, de la lueur au bout du tunnel: les vertus de la déconnexion.

Le 4 mars 2015, nous avons rendez-vous à l'UQTR pour le colloque
Les écrans: libération ou esclavage ?