AREQ Logo Edupax
Titre

UQTR - 4 mars 2015

Accueil

LES ÉCRANS : LIBÉRATION OU ESCLAVAGE ?
Bienvenue au colloque du 4 mars 2015, de 9h45 à 16h30,
à l'Université du Québec à Trois-Rivières,
Pavillon Albert-Tessier, salle Ludger-Duvernay

3351 Boul Des Forges, Trois-Rivières, Quebec G9A 5H7

L'engouement des enfants et des ados pour les écrans devrait-il vraiment nous réjouir? Et que penser du temps que les adultes consacrent aux écrans; il augmente lui aussi. En écoutant parler les gens autour de nous, on jurerait que cet engouement n'a que des bienfaits, le recours aux écrans permettant à tout le monde de faire des choses tellement fantastiques ! 

Pourtant, les études scientifiques sur les effets négatifs ne cessent de s'accumuler. On les compte par milliers mais on nous les rapporte rarement, la plupart du temps dans la section Z du journal, et quand on le fait, c'est souvent pour les tourner en dérision.
En septembre 2013, une nouvelle parvenait à filtrer. On apprenait que le Japon, la Chine et la Corée du Sud mettaient sur pied des camps de désintoxication numérique. L'Asie n'était pas seule, car quelques jours plus tard, on découvrait que des cliniques de désintoxication de l'Internet et des réseaux dits ''sociaux'' avaient ouvert leurs portes en Orégon, en Pennsylvanie .......et chez nous, à Saint-Augustin-de-Desmaures, en banlieue de Québec.

Selon Jeunesse en Forme Canada, le nombre d'heures consacré aux écrans par nos enfants a dépassé la moyenne de 40 heures/semaine depuis 2006. Vous avez bien lu, 40 heures par semaine, et comme il s'agit d'une moyenne, il faut comprendre que plusieurs y consacrent encore plus de temps. 
Et après avoir laissé les jeunes devant les écrans aussi longtemps, on s'étonne du taux d'obésité? Du déficit d'attention? Des troubles du comportement, de l'alimentation, du sommeil? De la baisse des notes? De l'abandon scolaire? Du manque d'efforts des enfants? Du manque de patience? Des incivilités et impolitesses? Des étudiants de Cégep qui écrivent mal le Français? Et des futurs enseignants qui échouent leur test de français écrit?   

Et nos petits-enfants d'âge préscolaire?
On s'émerveille de voir des petits de 3-4 ans s'amuser sur la tablette ou le ipod de papa. On les dirait presque plus intelligents que nous.
Et on apprend que les médecins traitent maintenant des milliers d'ados pour une nouvelle névrose, la nomophobie, ''no mobile phopia.'' De nombreux jeunes souffrent d'anxiété à la simple idée de passer la nuit sans leur téléphone ''intelligent'' ou leur tablette.
De temps à autre, on entend parler que la diffamation sur Facebook a poussé une adolescente au suicide. On se scandalise sur le coup, mais on passe rapidement à d'autres nouvelles en oubliant le drame, ne sachant trop que faire.
Jusqu'où va-t-on reculer?
Jusqu'à quand va-t-on attendre?

Le colloque du 4 mars 2015 va nous permettre, ensemble, de comprendre le phénomène et de faire reculer notre sentiment d'impuissance devant la hausse du TEMPS-ÉCRANS !