Les enfants
face aux écrans
Ensemble
faisons le point !

École 40 bis rue Manin
Mairie du 19e arrondissement
Edupax

Paris - 30 avril 2014

Historique

  de la lutte pour protéger les enfants de la publicité,
et des efforts citoyens pour promouvoir l'éducation médiatique et la réduction du temps-écrans

1. Montréal, 1987. Création de Pacijou, publication du Guide pédagogique Cessez-le-feu, proposant des activités éducatives pour protéger les jeunes de la publicité pour les jouets militaires dans des séries télévisées ultra-violentes.

2. Québec, mars 1990,
création de l'association TROP, acronyme de Travail de Réflexion pour des ondes pacifiques. Son moyen d'action privilégié: le Vote annuel des jeunes pour le choix des productions audio-visuelles les plus toxiques et les plus pacifiques. Les écoles participantes transmettent les résultats du vote local aux décideurs gouvernementaux canadien et québécois.

3. Nouvelle-Angleterre, avril 1995,
création de la Semaine sans télévision par Henry Labalme et Matt Pawa, avec l'appui de TV-Free America et du magazine canadien Adbusters. En 1997, la Semaine sans télé est reprise en France par l'association Enfance-télé-danger? Elle deviendra la Semaine sans écrans en 2009. 

4. San José, Californie, 1999 et 2001.
Le Journal de l'Association médicale américaine (AMA) publie trois articles sur les effets de la réduction du temps-écrans chez des enfants de 8-9 ans (4e et 5e année). Le Dr Thomas Robinson, du Centre de recherche en prévention et promotion de la Santé de l'École de médecine de l'Université Stanford, en Californie, crée le programme SMART, acronyme de Student Media Awareness to Reduce Television. (Éveil de la vigilance des élèves en vue de réduire le temps-écrans). Trois articles dévoilent les résultats obtenus pour divers paramètres: l'excès de poids et l'obésité, l'agressivité et la violence, la sollicitation des parents pour obtenir des jouets annoncés à la télé. Résultats positifs sur toute la ligne.

4a. Californie, 1999.
Journal de l'Association médicale des États-Unis. La réduction du temps-écrans fait diminuer l'adiposité, l'excès de poids et fait ainsi la preuve qu'elle peut contribuer à prévenir l'obésité.

4b. Californie, 2001.
La réduction du temps-écrans fait aussi  diminuer la violence verbale de 50% et la violence physique de 40%. Version française du même article.

4c. Californie, 2001. La réduction du temps-écrans a fait diminuer le harcèlement des parents par les enfants pour qu'on leur achète des jouets annoncés à la télévision.

5. Washington, 2000. Congrès des États-Unis, Sommet sur la Santé publique. Déposition commune de l'Académie américaine des pédiatres et de 5 autres organisations professionnelles concernant l'impact des divertissements violents sur le comportements des enfants.

6. Paris, novembre 2002.
Dépôt du Rapport Kriegel : «Mission d'évaluation, d'analyse et de propositions relatives aux représentations violentes à la télévision.» 


7. Montréal, 2003.
Campagne de la Commission scolaire de Montréal pour interdire la violence dans les émissions pour enfants. La campagne est endossée par la Fédération des commissions scolaires, le Collège des médecins, la Fédération des comités de parents, la Centrale des syndicats du Québec, et une dizaine d'associations professionnelles en Santé et en Éducation.

8. Québec, 2003
, création du Défi de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo. qui deviendra le Défi 10 jours sans écrans quelques années plus tard.

9. Michigan, 2003-2004. Le programme SMART ayant fait ses preuves avec des élèves du primaire, il est repris par le District scolaire Delta Schoolcraft à Escanaba, au Michigan. On adapte le matériel éducatif pour tous les niveaux scolaires, de la Maternelle à la fin du secondaire. Ce matériel est rendu disponible sur le site «Take the Challenge, Take Charge», créé par l'équipe de Kristine Paulsen, une professionnelle à l'emploi du District scolaire. Le programme a permis d'obtenir des bienfaits non prévus concernant la consommation d'alcool, de tabac, en plus de faire augmenter les notes de 10-15%. On peut consulter les bénéfices évalués dans ce diaporama.

10. Iowa et Minnesota, juin 2007. 600 enfants suivis durant 8 mois dans 5 écoles primaires.
...children most at risk for obesity could be helped by limiting their screen time (…) study was an eight-month pilot program designed to enhance the fitness of more than 600 children in 3 Iowa schools & 2 in Minnesota.

11 Kentucky 2007.
Création d'un groupe de travail spécifique sur la réduction du temps-écrans, le Universal Screen Time Reduction Task Force.

12. Genève, novembre 2007. La WWSF choisit comme thématique de la Journée mondiale pour la prévention des abus envers les enfants la protection des enfants contre la téléviolence.

13. Oregon 2008. Création de la Coalition STAR, acronyme de Screen Time Awareness and Reduction. Mission : améliorer la santé et le bien-être des enfants et de leur famille en réduisant le temps-écrans. Projections publiques du documentaire Consuming Kids.

Note.
Le documentaire Consuming Kids a été traduit en français par Radio-Canada et diffusé à RDI sous le titre «Les enfants de la surconsommation». On l'a utilisé dans une école secondaire québécoise pour motiver des ados.

14. Université Yale, décembre 2008. Méta-analyse effectuée par des chercheurs qui ont épluché 173 études sur la relation écrans-santé réalisées depuis 1980.

15. France 2009. Selon le Conseil Supérieur de l'audio-visuel (CSA), la télévision freine le bon développement des enfants.

16. Gatineau, Québec, novembre 2011. Premier colloque Surdose médiatique: les faits, les dommages les remèdes. En collaboration avec l'Université du Québec en Outaouais. 

17. France, septembre 2010 : Selon la Direction Recherche Études Évaluation Statistiques (DREES), au ministère des Affaires sociales et de la Santé. «Les enfants qui passent plus d’une heure par jour devant un écran présentent un risque de surpoids 30% supérieur à ceux qui y passent moins d’une heure ».

18. Washington, février 2010. La première Dame des États-Unis, Michelle Obama, lance la campagne Let' s Move, avec comme objectif de préparer une génération d'enfants en meilleure santé. Le site Internet de la campagne Let's Move, propose 8 mesures pour aider les parents à réduire le temps-écrans des enfants. Des capsules vidéo sont mises en ligne.

19. Washington, mars 2010. La Maison blanche met sur pied un groupe de travail inter-ministériel sur l'obésité. «Action plan to solve the problem of childhood obesity within a generation.

20. Minnesota 2010. Le Département (ministère) de la Santé de l'État publie son Rapport sur le temps-écrans et l'obésité: «In Fast Forward to Better Health TV/Screen Time Obesity Report: Causes, Consequences, and Remedies.» (Trad.: Passons en avance accélérée pour une santé améliorée: Rapport sur l'impact temps-écrans et le temps-télé sur l'obésité) Le rapport invite la population à redoubler d'efforts pour améliorer la santédes jeunes. On y analyse la contribution du temps-écrans à la pandémie d'obésité en passant en revue les causes, les dommages et les remèdes. Des six  recommandations du Rapport, la moitié porte sur le temps-écrans.

21. Montréal, mai 2011. Deuxième colloque Surdose médiatique et Santé des jeunes. Les 37 vidéos sont en ligne sur WEB-TV. Kristine Paulsen présente les résultats du programme Take the Challenge Take Charge auprès d'élèves du secondaire. «Benefits from Implementing a Media Education Program School & Community Wide.» (Trad.: Bienfaits suite à l'implantation d'un programme d'éducation médiatique dans toute une école et à la grandeur d'une communauté) On peut visionner la vidéo de sa conférence en ligne.

22.
Ottawa, 2011. L'Agence de Santé publique du Canada (ASPC) affiche le programme de réduction du temps-écrans SMART sur son portail des Pratiques exemplaires en prévention de l'obésité.

23. Winnipeg, Canada, septembre 2011: le Dr Mark Tremblay dévoile les résultats d'une méta-analyse sur la sédentarité. Son équipe a répertorié 232 études impliquant un total de 983 840 participants. En dépassant la limite de 2 heures de temps-écrans par jour, on constate les résultats suivants: plus fort taux d'adiposité, plus faible estime de soi, plus faibles comportements pro-sociaux, moins bonne condition physique, notes scolaires plus faibles.

24. Rennes, France, décembre 2011.
Rennes-TV titre: «Conséquences de la télévision sur la santé publique: les chercheurs sonnent l'alarme.» Reportage suite à une conférences prononcée par le docteur en neuroscience, Michel Desmurget.

25. Toronto, mars 2012. La Société canadienne de physiologie de l'exercice publie les premières directives canadiennes en matière d’activité physique et de comportement sédentaire pour la petite enfance (0-4 ans). Ces directives sont une première au Canada à s'appuyer sur une revue systématique des données scientifiques et une première au monde en matière de comportement sédentaire des 0-4 ans.

26. États-Unis, avril 2012
, un télédiffuseur privé joint le mouvement pour prévenir l'obésité. Le Réseau de télévision spécialisé HBO produit et diffuse le documentaire : Le Poids et la Nation: «The Weight and the Nation». On peut accéder en ligne au documentaire, au site Internet et à la bande-annonce. On y explique notamment de quelle façon le temps-écrans fait augmenter le surpoids et l'obésité.

27. Montréal, mai 2012. Le magazine québécois L'Actualité publie l'article «Petit écran, grand péril» La télé est effectivement un enjeu majeur de santé publique.

28. Université Harvard, mai 2012. Des chercheurs découvrent que le recours aux réseaux sociaux déclenche la production de dopamine dans le cerveau.

29. Washington, 8 février 2013.
Let's Move affiche le bilan de son plan triennal.

30. Washington, 13 février 2013. Le ministère de la Santé des États-Unis s'implique dans la réduction du temps-écrans en finançant l'Institut national pour le coeur, les poumons et le sang. En février 2013, ce texte est mis en ligne.

31. Washington, 20 février 2013. La Maison Blanche publie le bilan de son propre plan triennal.

32. Montréal, mars 2013.
La Fondation des maladies du coeur du Québec offre aux écoles primaires son nouveau programme «Sois futé, écrans fermés».

33. Paris, juin 2013. Le site français de l'écologie ReporTerre publie un article décrivant l'impact du temps-écrans sur l'excès de poids: «L'environnement télévisuel contribue à l'obésité de 5 manières».

34. Japon, Chine, Corée du Nord, août 2013. Les gouvernements annoncent la mise sur pied de camps de désintoxication de l'Internet et des jeux vidéo. Les autorités nippones estiment à plus d'un demi-million le nombre de jeunes qui souffrent de ce mal des temps moderne. Selon le communiqué, d'autres pays (riches) semblent touchés par ce problème: États-Unis, Canada, Allemagne, France.

35. Montréal, 6 septembre 2013.
Article paru dans le quotidien Le Devoir concernant l'impact négatif des technologies de la communication sur la relation parents-enfants.
«
Aux dires de ceux qui ont connu l’avant et l’après NTIC, les nouvelles technologies nuisent aussi à la capacité d’apprentissage des élèves, habitués d’être sur-stimulés en tout temps en dehors des heures de classe. Les enseignants peinent à maintenir leur attention plus de trois minutes, TIC ou pas. (…) plus le milieu est favorisé économiquement, plus les enseignants en arrachent avec le code de discipline. Élèves gâtés, choyés, surprotégés et insolents, le modèle fait des petits dans la classe moyenne, selon ce prof qui y enseigne depuis 20 ans.»

36. Bradford, Pennsylvanie, 8 septembre 2013. Le Centre médical régional ouvre un centre de désintoxication de l'Internet, des jeux vidéo. Le programme, dirigé à partir de l'hôpital, s'étale sur 10 jours.  

37. Concord, New Hampshire, 3 décembre 2013.
La Gouverneure de l'État, Maggie Hassan, annonce l'attribution par son ministère de la Justice au groupe MediaPowerYouth d'un budget pour l'éducation médiatique axée sur la prévention de la violence en milieu scolaire.

38. Paris, avril 2014. Colloque Les enfants face aux écrans, faisons le point. Initiative de l'école 40bis rue Manin et la Mairie du 19e arrondissement. Des conférenciers de France, du Canada et des États-Unis acceptent de participer bénévolement.

39. Bretagne, septembre 2014. L'association ''Un arc-en-ciel dans l'cartable'' affiche une première invitation au colloque Des écrans pour servir OUI, pour asservir NON ! qui se tiendra à Montfort-sur-Meu le 20 mai 2015.

40. Paris, 1er janvier 2015.
Annonce de la naissance de l'Association ALERTE, pour l'Éducation à la Réduction du Temps-Écran.

41. Trois-Rivières, Québec, 4 mars 2015. Colloque Les écrans: libération ou esclavage? Organisé en collaboration par Edupax, le Département de Lettres et communication sociale de l'UQTR et l'AREQ 04.