Impact des modèles proposés par les médias sur l'image corporelle des jeunes et leur qualité de vie

Selon l’Enquête de santé dans les collectivités canadiennes de 2004, plus de la moitié de la population québécoise adulte présente un excès de poids. Cet état cadre peu avec les modèles corporels sociaux qui sont à la minceur pour la femme et à l’hyper-musculature pour l’homme. Ces modèles sont très présents en Occident étant donné qu’ils sont véhiculés par d’importantes industries telles que celles de l’amaigrissement, de la mode, de la télévision, du cinéma et de la publicité. Ainsi, les gens sont de plus en plus préoccupés par leur poids et la peur de devenir obèse vient accroître cette préoccupation. Il y a une perte du sentiment de sécurité à l’égard du poids et du corps. Cette préoccupation excessive à l’égard du poids a des répercussions sur la santé. Un mal-être général peut être ressenti, paradoxalement, le risque d’obésité est accru et les activités de la vie quotidienne peuvent devenir sources d’anxiété. L’insatisfaction de l’image corporelle a été associée à plusieurs indices de détresse psychologique sans toutefois permettre une compréhension de l’effet sur le quotidien de ces personnes insatisfaites, ni les éléments prédisposant à cette insatisfaction. Considérant l'insatisfaction de l’image corporelle constatée chez les adolescents, qu’advient-il une fois atteint l’âge adulte ? Réflexion quant aux impacts des médias sur les modèles corporels sociaux.