Obésité et image corporelle

Tout autant que l’industrie alimentaire et que nos habitudes de vie, notre environnement socioculturel a changé de façon draconienne ces dernières années. Il y a moins de 20 ans, il était inimaginable de concevoir que nous pourrions communiquer, recevoir et partager de l’information via une kyrielle de médias : téléphone portable, écran d’ordinateur et internet : blogues, groupes de discussions, courriels; sur la place publique : affiches dans le métro, dans les abribus, etc. Et ces médias continuent de captiver les jeunes qui passent de plus en plus de temps devant l’écran, au détriment du temps à jouer dehors. Chez les jeunes, on calcule une exposition à près de 40 000 messages publicitaires par année! Une importante partie de ces messages publicitaires font la promotion de malbouffe, de céréales sucrées, de boissons gazeuses et de friandises. Les aliments hautement transformés, créés par l’industrie agroalimentaire, sont l’objet d’une mise en marché agressive et d’une publicité omniprésente. Au Québec, la Loi sur la protection du consommateur interdit la publicité commerciale visant les moins de 13 ans. La Coalition québécoise sur la problématique du poids (CQPP) accorde une grande importance à la dénonciation des pratiques illégales en matière de publicité de malbouffe faite aux enfants. Parallèlement à l’Office de la protection du consommateur, la CQPP travaille à contrer les pratiques illégales de pub destinée aux enfants, à la promotion de saines habitudes de vie, à la lutte contre l’obésité et aux problèmes reliés au poids. Ce travail porte-t-il fruit ?